08/05/2009

Encore...

DSC_0298

DSC_0309

DSC_0438

DSC_0479

10:24 Écrit par Syolann dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/02/2009

...

Au coeur du Spiroudôme, animations et émotions

soirée maillon060

 

soirée maillon183

soirée maillon182

 

Et surtout : une formidable réussite...grâce à vous!

_DSC5196

 

soirée maillon039

soirée maillon059

14:23 Écrit par Syolann dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Quelques photos...

Tout à commencé par ceci...

_DSC5201

 

Une belle ambiance sur scène, après Richard Ruben, les "Whiles Nuts" ont fait un tabac.

_DSC5151

 

Pauline

_DSC5153

 

Victor

_DSC5149

 

Louis

_DSC5162

 

Lambert

14:18 Écrit par Syolann dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/02/2009

Monsieur Jean Mayeur vous remercie ...

Laissons-lui la parole :

 

Mot de remerciements de Monsieur Jean Mayeur, Président du Maillon – soirée de gala du  07-02-2009

 

Deux merveilleux contes de fées…

 

Il était une fois, il y a plus de trente ans, dans une région  jadis prospère et qui  l’était moins maintenant , une vingtaine de jeunes garçons qui s’en allaient travailler le jour pointant et s’en retournaient chez eux le soir tombant.  La plupart étaient joyeux sauf trois, précisément parce qu’ils n’avaient plus de chez eux et ne savaient pas où aller dormir.  On en a d’ailleurs retrouvé un dormant dans un champ et deux  dans la cave d’une maison abandonnée. Les autres étaient certes joyeux, mais c’était alors leurs parents qui ne l’étaient pas, angoissés à l’idée de ne pas savoir où irait leur enfant quand eux-mêmes ne seraient plus sur terre.

Alors, des messieurs sérieux mais bienveillants et surtout de bonnes fées se sont penchés sur le berceau du petit Maillon. On l’avait appelé Maillon parce qu’il avait un grand frère qui s’appelait Eddy (Cambier). Celui-ci  procurait du travail aux garçons, mais pas d’abri pour la nuit. Petit Maillon  a grandi en allant de petits bonheurs en grands bonheurs et de fêtes en fêtes.  Il fêtera cette année son anniversaire de 30 ans. Aujourd’hui, il abrite  une quarantaine de résidents  dans une atmosphère familiale.

Tout est donc bien et tout aurait pu continuer de la sorte, l’avenir du Maillon étant bien assuré.  C’est la fin du premier conte de fées.

 

Mais voilà, un conte des mille et une nuits commence.  Il était une fois,, en vacances au Maroc, quelques résidents accompagnés par une éducatrice d’origine marocaine qui ont pris conscience que des enfants eux aussi en situation d’handicap étaient moins bien lotis qu’eux-mêmes.  Ils ont décidé de les aider.  Comment peut-il se faire que des gars en situation d’handicap veuillent aider des moins favorisés qu’eux-mêmes ? La réponse coule de source : ce n’est pas parce qu’on n’a pas un coéfficient  intellectuel fortiche qu’on n’a pas de cœur ; bien au contraire,  vous diront les bonnes fées et les djinns : les gens simples ont plus

facilement le cœur sur la main que les gens plus instruits car ils comptent moins.

 

 Or, donc, dans notre second conte, il fallait  pour le Maillon une autre maison  au Maroc ,à Midelt, non pour y dormir, car ces enfants ont encore une famille, mais une maison pour y suivre un enseignement adapté,  pour y apprendre les gestes qui doivent conduire à un maximum d’autonomie personnelle et pour y apprendre des habitudes d’hygiène élémentaire.

 

Cette maison, vous allez nous la donner maintenant.  C’est aujourd’hui un grand soir où la solidarité est reine.  La solidarité, c’est l’amour quand il agit ensemble.  Son mot d’ordre c’est : chacun pour tous !  La solidarité, c’est aussi l’amour dans sa dimension solide, sérieuse, profonde, digne de considération, capable de durer, indestructible.

 

Je me dois donc de tirer une salve de remerciements : tout d’abord au Spiroudôme, spécialement à Eric Somme, ce colosse au grand cœur et aux allures d’ours débonnaire un peu mal léché : il a mis gracieusement à notre disposition les merveilleuses installations du  fameux centre sportif et business center  qu’on nous envie à des lieues à la ronde.

.

Merci à Télévie d’avoir laissé en place ses équipements de la veille pour que nous puissions en profiter bénévolement.

Merci à la Presse écrite, parlée, télévisuelle qui soutient nos projets avec fidélité.

Merci à Vincent Stavaux et aux artistes qui animent cette soirée.

Nous devons  une immense gratitude à Denis Fontaine qui a monté cette opération de main de maître en une après-midi . 24 heures après le jour J, 24 tables étaient déjà placées et 15 jours après, tout était vendu ; nous avons donc travaillé à bureaux fermés !  Quelle efficacité, quel enthousiasme, quel souci de l’Autre !  Dis-nous, Denis, où est ta lampe magique, où sont tes djinns ?

 

Et puis, il y a tous ces chefs d’entreprise de la région qui ont répondu avec générosité : Messieurs, vous êtes les héros de la soirée, mais pas les seuls, car, en plus, vous avez fait des résidents ici présents les héros du projet.  Ils s’en souviendront toute leur vie et nous devons les féliciter chaleureusement pour leur initiative,car…

 

Car, c’est à nos résidents que  nous  devons  de vivre cette belle histoire !  Une histoire, où de moins chanceux aident de moins chanceux encore qu’eux-mêmes ;  une histoire qui est en rupture avec le discours ambiant de crise financière, économique,  institutionnelle et de faits-divers dramatiques ; une histoire qui se passe à Charleroi la mal aimée ; une histoire qui rapproche nos deux communautés marocaine et belge ; une histoire enfin, où  musulmans,  chrétiens et  agnostiques oeuvrent ensemble en parfaite entente.

 

J’ai un jour rencontré un ami qui m’a dit : un soir, je dormais et je rêvais que la vie était pleine de contes de fée.  M’étant réveillé, je vis que la vie était pleine de misères à partager. .Je me suis mis à partager et j’ai vu que partager remplit la vie  de contes de fées.

 

Partager tout est là : n’oublions jamais que nous qui sommes ici ,comptons  parmi les 5 pour cent des êtres humains les plus favorisés que la terre ait jamais portés et porte encore ! Cela crée des responsabilités et des obligations qui donnent à réfléchir…

 

 

Si j’étais chansonnier, je mettrais des notes sur le thème : les amis de mes amis sont mes amis ; mes amis me disent que les amis de leurs amis sont aussi leurs propres amis, et ainsi de suite ….à l’infini !

 

Cette ritournelle a déjà franchi les frontières de la Belgique, elle a traversé la France, sauté le détroit de Gibraltar, plongé au cœur du Maroc où elle s’est arrêtée à l’orphelinat de Kheniffra où ont été déposés par Moulay 300 kilos de vêtements pour enfants, neufs et de seconde main, triés, lavés, rangés.  Elle traversera bientôt le Moyen Atlas pour s’arrêter à Midelt, le temps de donner la clé au « Chemin vers la vie » puis, pour déposer à l’école, des bancs et du matériel scolaire, puis encore à l’hôpital, pour y décharger des lits et du matériel de Kiné que nous avons déjà collectés.  La ritournelle de l’amitié s’arrêtera enfin dans les contreforts du Haut Atlas au dispensaire de Tattiouine pour y déposer une caisse de médicaments et du matériel de premiers soins.

Allez, merci mille fois encore, mes amis et les amis de mes amis à l’infini !                               Ah, si j’avais mes deux bras valides, je vous embrasserais tous,  et, j vous souhaite bon amusement ce soir !

                                          

 

09:57 Écrit par Syolann dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

06/05/2008

Un peu de géo.

mideltw1
 

 

 

Midelt est une ville du Maroc, à la jonction des chaînes du Moyen Atlas et du Haut Atlas oriental.
A environ 1521m d’altitude, c’est une commune urbaine de la province de Khénifra, 2ème municipalité après Khénifra.
En 2006, Midelt compte 45.530 habitants.
La région vit de l’agriculture, l’exploitation de roches minérales et fossiles, et est particulièrement connue pour ses pommes.

 

carte_maroc

21:14 Écrit par Syolann dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |